Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Tu veux faire quoi plus tard ?

Cette phrase c’est la phrase la plus utilisée dans les conversations… Mais personnellement je ne l’ai jamais aimé et encore moins actuellement. Je n’ai jamais été une excellente élève à l’école, et en y repensant j’étais toujours dans l’interrogation de me dire est ce que je vais réussir ? Je ne comprendrais jamais cette pression dès le plus jeune âge… Pour que vous compreniez je vous retrace mon parcours.

Quand j’étais petite ma seule interrogation était de savoir si mes poupées bougées quand je n’étais pas là (j’espère que je ne suis pas la seule haha). Pourquoi toujours ce questionnement a une réponse que je n’avais pas. Quand tu es petit tu veux devenir vétérinaire, princesse ou encore pompier… pourquoi ce préoccuper de notre avenir alors qu’on idéalise tout. Et pourtant cette phrase est encrée dans les conversations dés le plus jeune âge. La primaire était pour moi assez sympa niveau cours j’étais intéressé car j’apprenais des choses comme l’écriture, la lecture. J’étais une très bonne élève et mon passage au collège s’est fait sans soucis. C’était tellement émouvant de partir de cette école ou j’avais tant de souvenir…

À mes 12 ans c’est l’entrée au collège, j’étais une élève moyenne qui clairement n’aimait pas travailler j’avais des capacités que je n’exploitais pas pourtant j’arrivais a avoir 12-13 de moyenne. Les premières questions sur notre avenir arrivera avec ce fameux questionnaire de qu’est ce qu’on aime ou pas et surtout la pression des professeurs. On avait même eu un rendez-vous avec un conseiller d’orientation (quelle arnaque) je me souviens qu’elle me demandait ce que j’aimais alors j’avais sûrement dit la musique et la vente et elle me sort “bon bah tu deviendras vendeuse de cd de musique” heu oui mais non en faite 😂. Pour certaines personnes il ne s’en préoccupait pas mais moi j’avais déjà une grosse pression “il faut réussir le brevet puis après le bac ” heureusement que ma famille me soutenait sinon j’aurais déjà craqué.

Puis à mes 16 ans, l’entrée au lycée avec le choix du bac en 1er et là ça a été très compliqué. J’ai passé une année de seconde à galérer avec les matières car bien sûr je n’avais pas le niveau du au collège ( un prof de math complètement pourri avec qui je ne savais même pas me servir d’un rapporteur). J’ai stagné à 10 de moyenne tout le long de l’année. Je voulais partir en ES en me disant que c’était la filière standard et qu’au moins par la suite je pourrais faire ce qui me plaît. Mais au fond qu’est-ce qui me plaît ? Je n’avais pas de passion, ne pratiqué aucun sport…Mon professeur de physique qui était mon prof principal voyait mes capacités et me conseiller de partir en Stmg et moi absolument pas je voyais bien la réputation de ce bac sur Facebook ou autres réseaux sociaux et clairement je ne voulais pas. Et pourtant je me suis engagé me disant “au moins t’auras le bac les doigts dans le nez” mdr vague désillusion, j’ai eu des professeurs super mis a part en droit et économie mais bon passons, j’ai eu une moyenne qui a stagné entre 9 et 10 toute la durée de mon bac, j’ai beaucoup bossé mais ça ne donnait pas grand-chose. Au moment du bac j’étais sereine mais les 15 jours à attendre les résultats je devenais folle haha désolé papa et maman. Bien sur vous l’aurez compris j’ai eu mon bac avec presque 11 j’étais hyper fière de moi.

3 mois plus tôt le fameux post bac était arrivé, tous devant un écran à choisir son école ou université et je peux vous dire que quand on ne sait pas ce qu’on veut faire bonjour le stress. J’ai regardé un peu partout puis voulant travailler dans les voyages je me suis inscrite a l’université en licence de langues étrangères appliquées avec la ferme intention d’avoir mes années très vite et de commencer à travailler. Mon entrée à la fac ne fut pas si stressante, j’avais une amie du lycée qui était avec moi donc tranquille…Le premier semestre passé ma permis de me rentre compte que je n’aimais absolument pas, les profs étaient d’aucune utilité et la secrétaire n’en parlons pas… Cette licence ne me correspondait pas, j’ai donc changé pour une autre licence qui est la licence communication et information.

Première année cool, j’ai eu tous mes semestres avec des professeurs assez cool et qui s’intéressent à vous. Vient ensuite la deuxième année. Vers mi-décembre ou j’ai eu un gros coup de blues. Je n’avais aucune envie, ni aucun projet d’avenir pourquoi je continuerais une licence qui me mènera peut-être à rien… Et puis encore une grosse déception en n’ayant pas mon semestre de très peu alors que des glandeurs l’ont eu haut les mains (la haine). Ça a été un moment très compliqué moralement et plein de question se poser dans ma tête qu’est ce que tu vas faire après ton master ? Pourquoi tu fais ça? mais aussi les professeurs qui mettent une pression… J’étais en pleine impasse face à un mur.

Tout ça pour dire que heureusement que je suis entouré d’une famille a l’écoute, des amis compréhensifs notamment ma camarade de fac. J’aurais pu vite baisser les bras… Pourquoi une pression qui au final ne sert à rien d’autre que nous décourageais. Et surtout je trouve que nous ne sommes absolument pas suivies, les jeunes s’engagent dans des filières au pif c’est n’importe quoi et personne ne fait rien pour agir. Aujourd’hui je suis motivé et j’ai envie de réussir j’ai d’ailleurs une idée pour mon avenir et ça fait du bien d’avoir retrouvé le moral.

5
" data-link="https://twitter.com/intent/tweet?text=Tu+veux+faire+quoi+plus+tard+%3F&url=http%3A%2F%2Fwww.jepenseavousblog.com%2F2019%2F02%2F22%2Ftu-veux-faire-quoi-plus-tard%2F&via=">">Tweetez
1 Partages
Partager:

4 Commentaires

  1. 23 février 2019 / 14 h 07 min

    Beau témoignage ! Je pense que lorsqu’on est enfant/ado/pré adulte, on ne devrait pas a avoir a choisir. Surtout que tout évolue, les métiers meurent ou d’autres se créer ! La vie est courte et je pense qu’il faut toucher a tout ! Autant dans sa vie personnelle que professionnelle. J’ai eu la possibilité de faire plusieurs métiers, de vivre dans des lieux différents et ça m’a permis de savoir maintenant ce que je voulais ! Et moi je suis quelqu’un qui aime faire pleins de choses, découvrir, apprendre, enseigner… Bref, rien ne sert de foncer tête baisser dans les conseils d’éducation ou même de notre entourage, chaque chemin est different, l’important c’est de suivre le siens.

    • marine
      Auteur
      24 février 2019 / 15 h 35 min

      Merci a toi ho oui, une telle pression est présente et c’est vraiment dommage… Je vais suivre mon instinct et si j’échoue et bien ce n’est pas grave je me relèverais plus forte 😊

  2. linemourey
    23 février 2019 / 19 h 19 min

    Mais c’est tellement ça ! Je reçois souvent des ados et ils sont perdus dans leur orientation et c’est NORMAL ! Sauf qu’à l’école, on leur met la pression dès la 4ème, ce que je ne comprends pas. Pour quoi faire ? Bien souvent, les étudiants se réorientent après 2/3 ans d’études sup parce qu’on grandi, nos gout et envies changent et heureusement. On a le droit d’expérimenter ! C’est comme ça qu’on devient qui on veut être 🙂

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    • marine
      Auteur
      24 février 2019 / 15 h 36 min

      c’est exactement ça et ça me peine beaucoup, merci pour ton message 😊

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :